Gérard Schneider, 494

Gérard Schneider, 494, ca. 1952, oil on canvas, 73 x 92 cm

Gérard Schneider,  112 CX

Gérard Schneider, 112 CX, ca. 1956, oil on canvas, 130 x 97 cm

Gérard Schneider, 69 C, 1956, oil on canvas, 100 x 81 cm

Gérard Schneider, 69 C, 1956, oil on canvas, 100 x 81 cm

Gérard Schneider, 63 G, 1964, oil on canvas, 150 x 200 cm

Gérard Schneider, 63 G, 1964, oil on canvas, 150 x 200 cm

Dossier de Presse / Communiqué de Presse

« Relativement à l’art figuratif, l’abstrait est une nouvelle naissance dans l’évolution de l’esprit moderne. Sans rapport formel avec les arts du passé, il est le flambeau qui change de main. » Gérard Schneider, Notes sur la peinture, s.d. Gérard Schneider accompagné de Pierre Soulages, Georges Mathieu ou encore Hans Hartung, participa, au début des années 50, à l'élaboration d'une nouvelle forme d'expression : l'abstraction lyrique. Une quarantaine d’huiles et d'œuvres sur papier, la plupart inédites, retraceront la carrière de l’artiste

En 1955, Herta Wescher, critique d’art, décrit ses oeuvres en ces termes : « Peinture puissante, maîtrisée au point qu’à chaque étape del’accomplissement toute la conception se fait valoir, surprenante, parce que l’état définitif garde toujours la virulence de l’acte créateur. Sous
l’aspect d’une improvisation véhémente, cette peinture cache la plus consciencieuse disposition des éléments, le plus sévère contrôle des rapports. Basée sur la couleur, elle part cependant de motifs linéaires, mais la ligne s’est transformée en traits de brosses, larges de deux mains.
Evidemment, une telle écriture dépasse les petits cadres, et c’est en remplissant les plus grands formats qu’elle nous apporte l’affirmation de sa force souveraine...».

Articles de Presse