Ah vitam aeternaam , 2015, neons, untinted glass, wooden base, H.170 cm, W. 35 x D. 70 cm (side A)

Ad vitam aeternam, 2015, neons, untinted glass, wooden base - 35 x 70 cm, h.170 cm (side B)

Surprise le cul entre deux chaises, 2015, steel tubes, neon, wooden base, H.190 cm, W. 40, D. 70 cm (Side A)

Surprise le cul entre deux chaises, 2015, steel tubes, neon, wooden base, H.190 cm, W. 40, D. 70 cm (Side B)

Echo, 2016, plexiglass, metal, water, wooden base, H. 120 cm , W. 50 cm, D. 50 cm, (éd.5).  Alternate vibration each 30 seconds.

Echo, 2016, plexiglass, metal, water, wooden base, H. 120 cm , W. 50 cm, D. 50 cm, (éd.5).  Alternate vibration each 30 seconds.

Valse A4, 2016, aluminium sheets, metal wires, wood, W. 300 cm (Side A).

Valse A4, 2016, aluminium sheets, metal wires, wood, W. 300 cm (Side B).

Miroir Ardent, 2016, mirror, charred timber, steel, gold leaf (Side A)

Miroir Ardent, 2016, mirror, charred timber, steel, gold leaf (Side B)

Blow, 2016, brass wires, wooden base, H157 cm, W. 20 cm, D. 125 cm (éd.5). (Side B)

Blow, 2016, brass wires, wooden base, H157 cm, W. 20 cm, D. 125 cm (éd.5). (Side A)

Sans titre, 2016, mirror, wooden base, Diam. 150 cm, H. 110 cm, (éd. 5). (Side A).

Sans titre, 2016, mirror, wooden base, Diam. 150 cm, H. 110 cm, (éd. 5). (Side B).

Profil vue de fesse, 2016, steel wires, wooden base,  H. 161 cm, L. 35 cm, D. 50 cm (éd.5). (Side A)

Profil vue de fesse, 2016, steel wires, wooden base,  H. 161 cm, L. 35 cm, D. 50 cm (éd.5). (Side B)

Profil vue de fesse, 2016, steel wires, wooden base,  H. 161 cm, L. 35 cm, D. 50 cm (éd.5). (Side C)

Satyre, 2016, mirror polished, steel, H. 189 cm, diam. 84.5 cm (éd.5). (Side A).

Dossier de Presse / Communiqué de Presse

Genève (Suisse), Août 2016 - La Galerie Artvera's inaugure la saison en grande fanfare avec un semestre d'expositions contemporaines surprenantes.  Du 23 septembre au 12 novembre l'élégante arcade de la Rue Étienne Dumont ouvre le Feu ! avec Robin Bucher et Patrick Csajko, alias RB/CP, qui déclineront le terme en toute liberté, grâce au jeu de l'anamorphose.

La Galerie Artvera’s, dès le 23 septembre 2016, offre exclusivement la scène de son espace à deux grands jeunes artistes Suisses qui y mettront le Feu ! Être tout feu tout flamme, N’y voir que du feu, Il n’y a pas de fumée sans feu, Jouer avec le feu, Être dans le feu de l’action, Mettre le feu aux poudres, Jeter de l’huile sur le feu, Ne pas faire long feu, Donner le feu vert, Le baptême du feu, Le coup de feu, Il n’y a pas le feu au lac, Mettre la main au feu, Un tempérament de feu, Sous les feux du projecteur, Un feu de paille, Etre pris entre deux feux.  « C’est une fascination irrationnelle qui nous pousse à piocher dans le chapitres de ce qu’il représente. Comme attirés par sa lumière » et enflammés par leur désir de maîtrise du feu, RBCP définissent leur vocation, qui brûle de passion, pour tout ce qui est en mouvement. Inspirés par les grands opposés, divin et érotisme, lumière et obscurité, réalisme et illusionnisme, ils créent « l’intrigue visuelle et physique. »

L'exposition Feu ! met en scène un aperçu du parcours de recherche que les deux artistes ont entrepris ces dernières années, en utilisant les nombreuses déclinaisons de l’ancienne technique de l'anamorphose. Un programme divertissant composé d'installations in situ, de sculptures inédites où le spectateur est appelé à faire usage de l'œuvre dans sa forme abstraite et conceptuelle. Il est aussi question de trouver l'autre point de vue que les artistes ont dissimilé et qui s’oppose à la première interprétation. L’anamorphose est le jeu de l’œuvre dans l’œuvre, une valeur ajoutée à la quête formelle et conceptuelle des artistes qui complète ou remet totalement en discussion les formes et les volumes perçus.

 

De nombreux artistes contemporains ont adopté cette technique pour représenter le vertige des apparences du monde actuel, dans lequel un mot peut être transformé en son exact contraire en fonction du contexte dans lequel il est exprimé. Cependant, l'anamorphose est née au cours de la Renaissance, après la découverte de la perspective, dès lors elle représente un tournant pour l’art figuratif en ce qui concerne la prise de conscience de la multiplicité des perspectives, des points de vue et des secrets pour créer à l'intérieur des œuvres des effets optiques étonnants, gorgés de signification et de symbolisme.
 

Le génie créateur de Robin et Patrick, libre du symbolisme et de l'académisme de l'ancien monde classique, a conservé le désir d'éblouir le spectateur en se penchant vers une étude de plus en plus complexe de formes qui se transforment continuellement à chaque mouvement autour de l’œuvre. Ainsi les artistes deviennent les réalisateurs d'un film qui s’anime à chaque déplacement de l’observateur. Le spectateur est donc le protagoniste actif du processus cognitif du travail et non utilisateur passif.
 

Articles de Presse