A-propos

Wim DELVOYE (1965)

 

Artiste néo-conceptuel, Wim Delvoye est connu pour ses installations souvent choquantes et provocatrices. Faisant partie d’une génération d’artistes flamands révolutionnaires, il marque le milieu de l’art contemporain par son projet Cloaca (2000-2007), dite « machine à caca ». Celui-ci consiste en une machine reproduisant le processus de digestion de la nourriture, qui sort sous forme d’excréments vendus en tant qu’œuvres d’art. Delvoye marque ainsi non seulement son intérêt pour le statut de l’œuvre d’art dans notre économie de marché actuel, mais aussi pour le corps et ses fonctionnalités. Il met souvent en lien le beau et le laid pour créer une série de contradictions entre la séduction et la révulsion. En 2010, il expose sept cochons tatoués de Pékin au musée d’art moderne et d’art contemporain de Nice. Tout comme l’œuvre d’art, le cochon est présenté comme étant un investissement financier. Nous nous trouvons ainsi fascinés et attirés par la beauté des peintures, mais aussi choqués par le traitement des cochons.

 

 

Outre ces œuvres frappantes, il réalise aussi des travaux en lien avec son identité nationale, qui explorent les présupposés de sa propre culture en embellissant la vie quotidienne par de plaisants décors, mêlant l’architecture gothique aux objets de la vie quotidienne.

Exerçant son métier depuis les années 80, Delvoye a été exposé dans des institutions de renommée telles que le Louvre, le Centre Pompidou, le Palais des beaux -arts de Bruxelles, le Mamco de Genève et le musée cantonal des beaux-arts de Lausanne.